Biblio

Les livres cités dans ma conférence
  • Les paysans dans la lutte des classes de Bernard Lambert
  • 30 ans de combat paysan de Yves Chavagne
  • Souffrance et résistances des paysans de Michèle Salmona
  • Emanciper le travail de Bernard Friot
  • Joseph et Album de Marie-Hélène Lafon
  • La vie d'un simple d'Emile Guillaumin
  • L'homme des haies de Jean-Loup Trassard
  • Dommage de guerre d'Anne Guillou 
  • Le maitre ignorant de Jacques Rancière 
  • Education populaire et Féminisme à commander à la Scoop La Trouvaille
  • Le choeur des femmes de Martin Winkler

Les documentaires cités dans ma conférence 

  • Les moissons du futur de Marie-Monique Robin
  • Paysan et rebelle de Christian Rouaud
  • La mort est dans le pré d'Eric Guéret
  • La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles

Ode à mes amis les ânes 
L'agriculture est chose sérieuse
L'âne m'y apporte son aide précieuse
Et je lui suis reconnaissant
De sa sobriété je m'inspire
Ca me rend libre je respire
Il est mon modèle décroissant

L'âne chante faux mais ça me fait rire 
Car il y mets tout son talent
L'homme s'y croit trop quand il fait dire
Qu'il est le plus intelligent 

L'âne a besoin des autres mais pas de hiérarchie
Il prends le temps, il réfléchit 
Quand son vouloir n'est pas le votre
Vous dites qu'il est bête ou têtu
Alors qu'il cherche la solution
Et vous aide bon compagnon
Même si vous vous montrez obtus

L'âne chante faux mais ça me fait rire 
Car il y mets tout son talent
L'homme s'y croit trop quand il fait dire
Qu'il est le plus intelligent 

Avec lui je sais que le partage
C'est vraiment ce qui nous rend sage
De la PAC ou du capital
De la bourse du prix des céréales
Il ne saurait pas disserter
Mais avec lui on peut changer
Voir l'avenir autrement
J'attends des hommes même engagement

de Maïté Le Bossé






4 commentaires:

  1. Merci pour votre témoignage et vos actions.

    RépondreSupprimer
  2. salut, j'étais à ta conf organisé par l AJAVA ferme des Madriers sur les Aravis (ce site est splendide n'est ce pas)
    Je sais maintenant ce que c'est qu'une conférence gesticulée... hi hi
    Je connais ton maillot. j'ai le même en bleu et un plus vieux sur fond blanc.
    Je trouve que dans la rubrique biblio même s'ils ne sont pas cités dans ta conf tu devrais rajouter quelques uns qui se rapprochent bien; même si on peux vite se noyer dans la masse, tout de même les bouquins d'André Pochon que tu parles dans ta conf pourtant, ceux de la ligne d'Horizon amis de François partant: François de ravignan et surtout les derniers de Silvia Perez Vitoria.
    et un petit dernier pour la route celui de John Berger un des initiateurs du CRHA: La cocadrille dont la fin, l'analyse historique est lumineuse qui combiné avec l'actualité via campésina et les ouvrages de Silvia pérez me font dire que ce n'est pas la fin des paysans (Mendras) mais c'est bien le retour des ploucs, et ça va chier!
    Voir aussi le reseau semence paysanne, les berthelot, Kasler, Bernard Ronot etc que du beau linge

    amitié

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    j'ai vu votre conférence à Chateaudouble (26). Merci beaucoup.
    J'ai repensé à un livre qui très lien avec certaines choses que vous avez partagé avec nous "les agricoles" de Catherine Zambon. J'écoute l'émission "affaires sensibles" avec une fiction "l'amour vache" : heureuse que certains paysans aient pu trouver des solutions pour se sortir de leurs difficultés.

    RépondreSupprimer
  4. bon, t’es toujours en vadrouille à gesticuler partout ,bien, t’es même passé à France inter la semaine dernière, c’est normal que t’ois pas le temps de peaufiner la biblio.
    Donc on peut proposer pour la partie historique :

    - La Cocadrille de John Berger Éditions Champ Vallon 1992
    - Toinou le cri d’un enfant auvergnat d’Antoine Sylvère Éditions Plon 1980
    - Gens du pouvoir Gens de la terre de Michel Izard Éditions de la Maison des sciences de l’homme 1977

    Et pour la partie actuelle qui nous intéresse et qui est liée aux luttes de NDDL (rdv le 10 février) , Bure, NoTav, Amassada, Chambaran etc et toutes autres luttes des autochtones dans le monde contre l’accaparement des terres nourricières ou leur empoisonnent, avec l’ethnocide que décrivait Robert Jaulin :

    - Le ménage des champs Xavier Noulhianne Éditions du bout de la ville 2016
    - Le paysan impossible Yannick Ogor Éditions du bout de la ville 2017
    ces derniers à voir et écouter sur : https://sniadecki.wordpress.com/2017/11/30/ogor-paysan/
    et https://sniadecki.wordpress.com/2017/12/02/noulhianne-champs/
    https://sniadecki.wordpress.com/2012/06/29/noulhianne-ababsurdo/#more-728

    -Autre chose concernant le documentaire « à l’air libre »
    2017.11.22 à Bonneville Documentaire « à l’air libre » de Nicolas Ferran et Samuel Gautier
    https://www.alairlibre-lefilm.com/
    Synopsis du film
    Nichée au fond d'une vallée picarde, une ferme unique en France accueille des détenus en fin de peine, sous le régime du placement extérieur. Une structure d'insertion singulière qui leur propose un logement, un travail, un accompagnement social et une vie communautaire riche et exigeante. Entourés de salariés et bénévoles, ces hommes tentent de se reconstruire et de rebâtir un véritable « projet de vie ».
    « À l'air libre » est assurément un film sur la sortie de prison. Mais c'est aussi, et peut être surtout un film sur la prison. Une prison que l'on ne voit pas mais qui est omniprésente. Une prison dont on ne cesse de mesurer les traces et dont il paraît si difficile de se libérer. »
    Commentaire d’Elian : « J'ai assisté à la représentation du film à Bonneville (74) organisée par Le GLCP ce mercredi 22 Novembre 2017.
    Issu du milieu paysan, je ne peux que promouvoir cette superbe initiative qui prouve encore le bien fondé et l'absolue nécessité de rétablir la paysannerie malgré la volonté politique de la détruire d'une part et la nécessité de supprimer les prisons car complètement destructrices de l'humanité et inutiles; On doit montrer du doigt une énième fois l'origine du problème, c'est notre société actuellement industrielle de l'argent roi qui produit la délinquance par la misère sociale qu'elle engendre, La monstrueuse hypocrisie des "élus du peuple" qui ignorent superbement tous les "naufragés du développement" . Et ainsi font l'exacte contraire des principes fondateurs d'un pays hétéroclite: tendre vers une société la plus juste possible.
    Cette initiative rajoute à l'argumentaire que le travail dans l’environnement à simplement vivre, à se nourrir, se vêtir, habiter et s'entraider est parmi les plus structurants et porteur de sens. « L’homme est la nature prenant conscience d'elle-même" (E.Reclus)
    Faucheur volontaire et militant dans diverses manifestations contre l'accaparement des terres, on voit partout un retour des paysans (Sylvia Vitoria Perez) et ce fameux champ du possible (André Pochon) revêt une couleur différente mais seul à maintenir l'équilibre fragile. Les "pieds sur terre" ; il est temps de descendre du nuage du développement (Partant, Galéano, Illich, Gorz etc), la terre est la seule nourricière de l'homme (Bernard Ronot), rien d'autre. Les gouvernements sont hors sol;...enfonçons- les!
    C'est la fonction qui fait l'organe, on peut affirmer que le travail du paysan est la meilleure façon de restructurer toute la "délinquance" du monde.
    Merci encore.  »

    Ya pas de quoi

    RépondreSupprimer